CFE CGC - SMIDEF
Bienvenue sur le site du SMIDEF.
Syndicat de la Métallurgie d'Ile-de-France
  • baniere
  • baniere
  • baniere
  • baniere
  • baniere
  • baniere
baniere
  1. vous êtes à
  2. :
  3. Accueil
  4. >
  5. Actualités
  6. >
  7. Actualités des sections
  • facebook
  • facebook
  • email
  • imprimer
  • rss

Actualités des sections

liste des actualités
La CFE-CGC HPE signe l'accord sur le droit à la déconnexion - 16/03/2018

La CFE-CGC a signé l'accord "Droit à la déconnexion" chez Hewlett Packard Enterprise, qu'elle a largement contribué à construire.

Le cœur de l'accord est la définition que l'on en donne :

 

Le droit à la déconnexion est la possibilité pour le salarié de :

  •  ne pas être connecté (email, internet, Skype, smartphone, etc ...) et ne pas répondre aux appels téléphoniques et emails pendant ses repos et congés,
  • ne pas être contraint d'emmener ses outils numériques au domicile en dehors des heures de travail,
  • bénéficier de démarches préventives visant l'amélioration des conditions de travail, de la sécurité et de la santé des salariés, en matière d'hyper-connexion, de surinformation et de surcharge mentale.

Le droit à la déconnexion ne se limitant pas à la déconnexion des outils numériques, il doit s'entendre comme une déconnexion mentale afin de se détacher complètement du milieu professionnel pour répondre à ses besoins physiologiques.

Comme on le voit, la déconnexion ne concerne pas que les outils numériques. Elle est le droit de réellement se déconnecter du monde HPE pendant ses congés, pour se reconnecter à ses activités privées.

 

Une fois cette définition posée, l'accord met en place plusieurs garde-fous qui protègent les salariés:

1. L'employeur s'engage à respecter et faire respecter que l'exercice de son droit à la déconnexion ne peut être reproché au salarié.

2. Il est de la responsabilité du manager de s'assurer de la continuité du service par la mise en place d'un back up effectif pendant les périodes d'absence du salarié.

L'absence de back up ne pourra être un motif de refus à valider des congés demandés, ni à annuler un congé.

Il est de la responsabilité du manager de prévoir la phase de transition dans la charge de son équipe.

3. Le salarié peut s'appuyer sur un réfèrent et un processus d'alerte pour faire valoir son droit en cas de dérives, lesquels feront l'objet d'un rapport « anonymisé » aux CHSCT

 

L'accord prévoit également la diffusion de bonnes pratiques sous la forme d'une charte, ainsi que des actions de prévention, sensibilisation et formation. Par exemple, veiller à ne pas donner un ton d'urgence à ses demandes quand elles peuvent attendre, ou bien ne pas se sentir obligé de répondre dans l'urgence à toute demande.

 

 

 

L'accord, indubitablement, sera soumis à l'épreuve des faits et des mauvaises habitudes, du genre :

- Je dois me connecter avec l'Inde le matin et avec les US le soir, charge à moi de « m'organiser »…

- Je dois préparer un rapport sur les évènements business du week-end pour la première heure de lundi …

- Si je me trouve un back-up avant de partir, alors je pourrai éviter de prendre des calls pendant mes congés …

- Je reçois des mails automatiques pendant le week-end me rappelant qu'une tache doit être impérativement exécutée avant lundi …

Vous connaissez de nombreuses autres situations de ce genre, et il sera désormais possible de s’en prémunir.

Nokia : 597 suppressions de postes, communiqué de presse - 07/09/2017

Emmanuel Macron se serait-il fait duper par la Direction du groupe Nokia lors du rachat ?

Télécharger le document en pdf (62.58 Ko)
Nokia Asnières : la CFE-CGC obtient 70% des voix - 28/04/2017

Les électeurs du site d'Asnières de Nokia on donné 70% des voix aux listes CFE-CGC, soit 4 postes titulaires au CE sur 5 et 5 postes titulaires de DP sur 6. 

Bravo à toute l'équipe CFE-CGC du site d'Asnières de Nokia.

IBM : la CFE-CGC signe un accord revalorisant les minimums garantis pour les non cadres - 21/03/2017

La CFE-CGC d'IBM signe un accord revalorisant les minimums garantis OETAM de la région parisienne qui sont ceux applicables chez IBM.... L'augmentation varie de 0,8 à 1,2% suivant les coefficient. Une clause de revoyure est prévue en cas d'inflation supérieure à 1%.

Plan de démantèlement d’Unisys en France - 17/03/2017

Plan de démantèlement d’Unisys en France :

Les salariés d’Unisys France dénoncent une politique de désengagement total de la firme américaine en France et une « casse sociale » sans précédent.

Lire également dans la presse :

 

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-unisys-france-reduit-37-de-ses-effectifs-avec-138-postes-supprimes-67662.html

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/03/16/97002-20170316FILWWW00171-140-suppressions-de-postes-chez-unisys.php

 

http://www.notretemps.com/retraite/pres-de-140-suppressions-de-postes-chez,i136761

 

http://www.eurodif-fo.com/2017/03/140-suppressions-de-postes-chez-unisys.html

Télécharger le document en pdf (431.39 Ko)
Un nouveau site CFE-CGC - 09/03/2017

La section CFE-CGC de  Chubb-France a lancé son site Internet. 

Retrouvez l'actualité sociale du groupe à cette adresse : http://cfecgcchubbfrance.over-blog.com/

Opel PSA - 07/03/2017

COMMUNIQUE DE PRESSE INTERSYNDICAL
Acquisition d’Opel par le Groupe PSA :
une « opportunité intéressante » pour les organisations
syndicales

Télécharger le document en pdf (54.47 Ko)
Nokia : repositionnement de la R&D - 06/04/2016

Les élus CFE-CGC Nokia vous informent sur les annonces faites au Comité d’Entreprise Européen le mercredi 6 avril :
- 1300 personnes dans la R&D de Mobile Network (sur un total de 1600) seront repositionnés sur 5G, IoT et LTE Nokia
- 411 suppressions de postes
- 337 créations de postes

Toutes les informations dans la communication CFE-CGC Nokia

General Electric (ex Alstom) : la CFE-CGC s'oppose à la suppression de 765 emplois en Ile de France - 18/03/2016

La CFE-CGC de General Electric (ex Alstom), sur les site de Massy (91) et Levallois (92) participe à l'intersyndicale refusant la suppression de 765 emplois en Ile de France et qui a demandé rendez-vous avec Mme Valérie Pécresse, présidente du Conseil Régional de l'Ile de France

 

Télécharger le document en pdf (425.85 Ko)
Nokia Bell Labs France : la place de la R&D en France reste à définir - 23/02/2016

Au vu des récentes nominations, les engagements sur les activités R&D pris par Nokia vis-à-vis de la France et de son gouvernement restent à être concrétisés.

 

Télécharger le document en pdf (230.21 Ko)
Morpho : plébiscite pour la CFE-CGC - 22/02/2016

Les élections du 18 février 2016 chez Morpho ont vu la CFE-CGC obtenir

  • 8 élus sur 10 au CE
  • 11 élus sur 14 en DP

Félicitations à l'ensemble de la section !

Groupe SAFRAN : la CFE-CGC pour des négociations loyales sur le partage de valeur ajoutée - 18/01/2016

La CFE-CGC rappelle l'obligation de la négociation sur le partage de la valeur ajoutée et appelle la direction à des négociations loyales.

Télécharger le document en pdf (76.1 Ko)
Groupe SAFRAN : la CFE-CGC pour une stratégie d'avenir - 03/12/2015

Groupe SAFRAN: la CFE-CGC explique pourquoi la stratégie du Groupe doit être résolument tournée vers les investissements d'avenir. Pour tenter d'éviter qu'une stratégie à court terme trop financière ne génère des problèmes sociaux demain !

Télécharger le document en pdf (87.36 Ko)
Groupe AFNOR : 70% pour la CFE-CGC au CHSCT - 25/11/2015

Féliciations aux 7 candidats CFE-CGC élus le 20 novembre 2015 au CHSCT de l'UES Groupe AFNOR composé de 10 membres. 

HP : la CFE-CGC craint que le futur plan social ne se traduise par des départs massifs au sein des effectifs français dédiés aux services - 05/11/2015

Explication de Pablo Sanders, le délégué syndical CFE-CGC de Hewlett Packard Enterprise, à lire sur Silicon.fr
 

image actualité
Alcatel-Lucent Bell Labs France, la CFE-CGC en progression - 13/10/2015

Lors des élections du 13 octobre 2015, la CFE-CGC d'Alcatel-Lucent Bell Labs France est en progression avec 38% des voix au scrutin des titulaires CE. 

 

Télécharger le document en pdf (304.82 Ko)
Unisys : la CFE-CGC double sa représentativité - 30/09/2015

La CFE-CGC passe de 15,7% de représentativité au CE à 29% avec 5 élus .

 

Lettre ouverte au président de PSA - 10/09/2015

La CFE-CGC de PSA adresse une lettre ouverte à Carlos Tavarès demandant de

revoir sa copie sur le projet d’externalisation des activités en cours

Télécharger le document en pdf (107.04 Ko)
La CFE-CGC réagit aux indemnités pharaoniques de Michel Combes. - 01/09/2015

Alcatel-Lucent : La CFE-CGC réagit aux indemnités pharaoniques de Michel Combes sur RMC Info

 

Alstom I&T : transparence absolue demandée - 17/07/2015

Les interrogations sur l’Informatique ont balayées par l’actualité.

La CFE-CGC révendique une transparence absolue sur le devenir de tous les salariés d’Alstom IS&T, via une consultation du Comité Européen.

A lire sur le blog de la CFE-CGC d'Alstom I&T.

Alstom IS&T : Avis de tempête - 03/07/2015

La CFE-CGC d'Alstom IS&T interpelle la direction sur le devenir de tous les salariés de la filiale informatique.

Voir le blog de la CFE-CGC Alstom IS&T

La CFE-CGC première organisation syndicale chez Nexans France - 12/06/2015

La CFE-CGC est devenue la 1e organisation syndicale chez Nexans France, avec un taux de représentativité de 26,59% tous collèges confondus et 67,29% sur les 2e et 3e collèges uniquement (FO 25,76%, CGT 23,56%, CFDT 18,17%, autres : UNSA–SUD-CFTC : 5 ,92%).

Contact: didier.dl.laurent@nexans.com

Rachat d'Alcatel-Lucent par Nokia - 22/04/2015

Rachat d'Alcatel-Lucent par Nokia : réunion à Bercy de l' Intersyndicale avec le directeur de cabinet d' Emmanuel Macron

La CFE-CGC a participé à l'intersyndicale qui a été reçue ce jour à Bercy par M. Alexis Kohler, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, et par son conseiller Télécoms.

Lire le compte rendu sur le site CFE-CGC Alcatel-Lucent.

Nokia et Alcatel Lucent : un schéma industriel cohérent mais de légitimes inquiétudes pour les salariés en France - 15/04/2015

L’annonce de l’offre publique d’achat potentielle de Nokia sur Alcatel Lucent soulève une
émotion et des inquiétudes légitimes dans le corps social du groupe.
Les interrogations sont de deux ordres : industriel et social.
Depuis 2002, Alcatel Lucent montre des difficultés à se développer dans le monde ultra-
concurrentiel des équipementiers Télécoms notamment face aux chinois et en particulier
Huawei. Si à fin 2012, le pire fut évité pour le groupe, les capacités financières et
d’investissements pour le développement notamment de la technologie 5G ne sont pas au
rendez-vous. En cela, la création d’un champion européen d’équipements Télécoms,
parmi les plus grands mondiaux, peut être une vraie opportunité industrielle pour l’Europe.
Néanmoins, un tel rapprochement pose de nombreuses questions sur la stratégie produit
et ses conséquences commerciales.
Sur le plan social, ce rapprochement génère de fortes inquiétudes chez les salariés de
l’activité Wireless et des fonctions centrales et support.
Si la Métallurgie CFE-CGC soutient l’idée de construction d’un champion industriel
européen, elle n’entend pas occulter les risques sociaux induits par ce nouveau schéma.
La CFE-CGC exige en conséquence des engagements fermes des parties prenantes et
demande dès à présent à l’Etat d’être vigilant sur le devenir des activités et des emplois
d’Alcatel Lucent en France.

Télécharger le document en pdf (190.63 Ko)
image actualité
Groupe SAFRAN : La Direction met les négociations salariales dans une impasse - 26/03/2015

Groupe SAFRAN : La Direction met les négociations salariales dans une impasse.

La CFE-CGC appelle à une manifestation intersyndicale le jeudi 26 mars 2015

Télécharger le document en pdf (84.46 Ko)
image actualité
Matérialisation des embauches en CDI chez Renault - 20/03/2015

La CFE-CGC, 1ère organisation syndicale de Renault, et 1 er signataire du « contrat pour une
nouvelle dynamique de croissance et de développement en France » se félicite que les
engagements pris lors de la signature, en mars 2013, profitent à l’entreprise et à l’emploi en France.

Télécharger le document en pdf (96.91 Ko)
La CFE-CGC première organisation syndicale chez Valeo - 02/02/2015


La CFE-CGC VALEO devient la première organisation syndicale dans le Groupe Valeo, tous collèges confondus.

A l’issue des dernières élections professionnelles de 2014, l’ensemble des sections syndicales CFE-CGC du Groupe Valeo ont atteint une représentativité de 25,3% sur 8.813 suffrages valablement exprimés.

Télécharger le document en pdf (112.86 Ko)
Nouvelle progression de la CFE-CGC à EPS Clamart - 02/02/2015

La CFE-CGC dispose désormais d'un total de 11 sièges à l'établissement de Clamart de la société Etudes et Productions Schlumberger.

C'est une nouvelle progression pour la CFE-CGC qui a obtenu 49,45% de voix au CE IIIème collège.

Accord chez MIDAS sur l'utilisation de la messagerie électronique - 25/01/2015

Bertrand DAUX, délégué syndical CFE-CGC chez MIDAS a signé un accord avec la direction de l'entrerprise sur l'utilisation une boite mail CFE-CGC, ainsi que la possibilité de communiquer avec les salariés de l'entreprise via la messagerie d'entreprise.

Un blog sera bientôt également mis en place. 

Résultats de l'élection de la Délégation unique du personnel de PCM Technologies SAS - 11/12/2014

Sur 6 postes à pourvoir (3 titulaires et 3 suppléants), la CFE-CGC en a remporté 5

La CFE-CGC très inquiète pour l’emploi dans le Tourquennois ! - 28/11/2013

La CFE-CGC s’étonne de la décision prise par la Communauté Urbaine de Lille, dans un climat où le Ministre du Redressement Productif prône « le fabriqué en France ».
En effet, alors qu’il existe, sur la Communauté Urbaine de Lille, une entreprise française qui fabrique sur place, la CUDL attribue son marché de contrôleur de feux (automates de gestion de carrefours) à une autre entreprise pour les 4 années à venir.
Au-delà de la perte de chiffre d’affaire d’une entreprise française filiale du groupe Colas, l’usine AXIMUM Produits Électroniques de Tourcoing (dans les faubourgs de Lille) seradirectement concernée et pas moins de 80 postes sont encore menacés dans un bassind’emploi déjà plus que sinistré sans compter les emplois indirects chez les sous-traitants.
Alors que la CUDL se targue de porter des valeurs écologiques, aucun critère environnemental n’a été pris en compte. Les produits proviendront donc d’une origine inconnue (peut-être hors de France) sur des camions ; ce qui ajoutera de la congestion au trafic et de la pollution pour les administrés.
La CFE-CGC en appelle à la lucidité de Madame Martine Aubry (Présidente de la CUDL) et à Monsieur le Ministre du Redressement Productif pour que le Tourquennois ne soit pas davantage sacrifié sur l’autel de la mondialisation.

Communiqué de presse de la section Ricoh France - 08/11/2013

La CFE-CGC de Ricoh France s’élève contre le projet de plan de restructuration présenté par la Direction de Ricoh France.

 

Les négociations inhérentes à ce projet n’ont pas été conduites de façon loyale tout au long de la consultation, ce qui a amené le Comité d’Entreprise à mandater un avocat pour relever toutes les incohérences auprès du TGI.

A ce jour la Direction propose un soi-disant projet d’ accord partiel que la CFE-CGC Ricoh conteste. Le motif économique justifiant ce projet est loin d’être reconnu par les experts mandatés par le Comité d’Entreprise, dans le même temps, les experts mandatés par les CHSCT relèvent entre autres un manque flagrant d’éléments relatifs aux charges de travail consécutive au plan de restructuration proposé.

Contact presse
Didier GUITHOU    : 06 17 48 65 69
Frédéric GUERIN  : 06 76 09 37 37
 

La CFE-CGC défend une croissance durable de SAFRAN et une évolution de ses pratiques de gestion - 13/09/2013

Ci-dessous la teneur de la dernière communication de la CFE-CGC Safran aux salariés:

SAFRAN a publié fin juillet ses résultats du 1er semestre 2013 : le chiffre d’affaires est en augmentation de 10% par rapport au 1er semestre 2012, traduisant des positions commerciales solides de SAFRAN sur des marchés globalement porteurs, même si le secteur des hélicoptères et celui de la défense semblent offrir moins de perspectives à court terme.
Le résultat opérationnel publié progresse de 23% pour atteindre 12% du chiffre d’affaires (10,6% au 1er semestre 2012 et 10,8% pour l’exercice 2012) et le résultat net augmente de 59%, alimenté par la plus-value (131 MEuros) résultant de la cession de 12,5% du capital d’Ingénico au printemps 2013.


Après les résultats de l’exercice 2012 déjà qualifiés de « record » par la DG SAFRAN, la publication de ces chiffres est l’occasion de vous livrer notre analyse de la situation de notre Groupe, de ses points forts mais également de ses fragilités qui se révèlent et qui pourraient avoir des conséquences négatives pour son avenir.

CFE-CGC : développer encore et toujours la high-tech SAFRAN !

La première force de SAFRAN est la compétence et l’expérience de ses salariés. Le développement de produits performants et de qualité ont permis d’acquérir des positions commerciales fortes sur des marchés concurrentiels et difficiles dans l’aéronautique, la défense et la sécurité.
SAFRAN possède une palette de compétences high-tech très large, allant de l’énergétique et des matériaux à l’électronique et au logiciel qui lui permet de développer des produits et petits systèmes complets et optimisés. Convaincue de la nécessité une politique d’investissement ambitieuse dont notre Groupe a les moyens financiers, La CFE-CGC soutient :


• les investissements de développement consentis pour renouveler notre gamme de produits actuels et maintenir les positions SAFRAN dans nos 3 secteurs d’activité: moteurs Leap, turbines, avionique et équipements optroniques pour hélico, équipements et systèmes pour l’A350, amélioration des techniques biométriques, propulsion spatiale, viseurs optroniques…
• les investissements significatifs nécessaires pour positionner notre savoir-faire sur d’autres débouchés dans nos secteurs actuels : green-taxiing, turbopropulseurs, avion plus électrique, systèmes de navigation inertielle pour l’aéronautique civile, synergies défense-sécurité,…


La CFE-CGC demande également depuis longtemps que, au-delà de nos marchés actuels, ces compétences soient mieux exploitées et appliquées à d’autres domaines pour se protéger d’une faiblesse temporaire des marchés de défense et d’un toujours possible retournement du cycle aéronautique. Les activités SAFRAN dans le domaine des piles à combustible et la conclusion récente d’un accord de coopération avec Valeo (applications de nos technologies à l’automatisation automobile) vont dans le bon sens, cet effort de valorisation de notre savoir-faire dans de nouveaux débouchés doit être poursuivi.
Ce sont l’ensemble de ses investissements dans nos métiers high-tech qui assureront l’avenir de SAFRAN en maintenant son leadership et ‘garantiront’ nos emplois de demain.

Modifier nos pratiques de gestion pour sécuriser l’avenir de notre Groupe

L’analyse détaillée des résultats montre la poursuite à un niveau encore en augmentation de l’activation des dépenses de développement : elles sont comptabilisées sous forme d’investissements à amortir dans le temps sur les exercices futurs et non considérées comme une charge de l’exercice, ce qui revient à augmenter artificiellement le résultat publié.

Nous avions déjà souligné ce point majeur lors de la publication des comptes 2012. Les frais de développement immobilisés ont augmenté de 460 ME en 2012 et de 264 ME rien qu’au 1er semestre 2013 pour atteindre aujourd’hui presque 2 Milliards d’Euros. Ce niveau d’activation, totalement atypique par rapport aux autres industriels de l’aéronautique (voir graphique), a 2 conséquences :


1. On reporte à plus tard la prise en compte d’une part significative des dépenses d’aujourd’hui, en les étalant sur la période de production de série future des produits concernés, après avoir établi que les programmes concernés seront suffisamment rentables dans la durée pour absorber ces charges. C’est admissible et compréhensible si les montants en cause sont limités.

  Source Secafi

2. Une prise de risque pour les exercices futurs si, à un moment, un ou plusieurs programmes n’ont pas la rentabilité espérée permettant d’amortir les frais de développement. Dans ce cas, les normes comptables (IFRS) prescrivent de comptabiliser les dépenses de développement non encore amorties comme une charge sur l’exercice où cette rentabilité insuffisante est constatée, pouvant conduire à un exercice en perte vu les montants d’activation atteints. Nous pensons, qu’en dépit du sérieux avec lesquels sont établis les ‘business plans’ des programmes SAFRAN et sans vouloir être des oiseaux de mauvaise augure, le risque qu’un aléa externe majeur, comme par exemple une crise géostratégique impactant gravement le trafic aérien, survienne dans les 20 ans à venir (20 ans est la durée maximale pour amortir les frais de développement) est loin d’être négligeable (de nombreux collègues se souviennent encore des conséquences très négatives qu’avait eues ‘la guerre du Golfe’). Et alors, la comptabilisation de ces charges importantes viendrait s’ajouter aux conséquences d’une baisse de production, pouvant mettre les comptes dans le rouge avec à la clé la décision par la Direction de mesures de sauvegarde passant probablement par des suppressions d’emplois.

 La CFE-CGC a sollicité la DG SAFRAN pour discuter de ce sujet début 2013 dans le cadre des FCPE d’actionnariat salarié (SAFRAN Investissement). La DG affirme que la charge d’amortissement des frais de développement activés représentera 1% du chiffre d’affaires (c’est probablement vrai si tout se passe comme prévu aujourd’hui) mais ne considère aucun risque d’aléas : surprenant dans un groupe aéronautique où la pratique de la gestion des risques est appliquée à tous les projets : Face à un risque à faible probabilité d’occurrence mais aux conséquences qui pourraient être gravissimes, la DG ne fait rien pour en diminuer les effets. Inacceptable pour la CFE-CGC et pour tous les actionnaires salariés. Pourtant une mesure simple existe, la CFE-CGC demande de la mettre en œuvre rapidement : Modifier les règles d’activation au sein de SAFRAN pour plafonner les montants activés.

 Et si on poussait plus loin l’analyse !

La structure de l’actionnariat de SAFRAN a significativement évolué ces 5 dernières années : La participation de l’Etat est passée de 30% à 27% et celle des salariés de 20% à 15%, mais la principale évolution est la forte montée des fonds d’investissement et de pension américains et anglais qui détiennent aujourd’hui 40% du capital de SAFRAN (la part détenue il y a 5 ans par l’ensemble des fonds internationaux était de 13% !).
La stratégie de ces fonds est d’investir pour réaliser des gains à court terme (typiquement 3 ans) et donc de demander l’augmentation du montant des dividendes sans soucier du développement à long terme de SAFRAN, la démarche du fonds TCI auprès de la Direction de SAFRAN en octobre 2012 en est le meilleur exemple.
Et on ferme la boucle quand on sait que l’activation des frais de développement et la poursuite des compressions de coûts conduit à augmenter le bénéfice qui est ensuite largement distribué sous forme de dividendes, contribuant à faire augmenter le cours de l’action SAFRAN…qui ‘justifiera’ de verser des dividendes encore plus élevés l’année prochaine. Tout cela au prix d’une prise de risque inacceptable pour l’avenir du Groupe et de ses salariés et d’une politique sociale… pas en rapport avec la contribution des salariés à la performance de SAFRAN ! Poursuite des délocalisations en pays à bas coût de main d’œuvre et de réorganisations injustifiées générant des suppressions de postes en France, participation aux bénéfices renégociée à la baisse (la CFE-CGC a refusé de signer pour cette raison), refus de la Direction de considérer l’extension progressive du régime de retraite supplémentaire à tous les salariés… alors que SAFRAN a versé en 2012 160 MEuros de dividendes aux fonds de pension pour les retraités américains et anglais !!!
 

SAFRAN doit abandonner ce modèle hyperfinancier et renforcer son actionnariat salarié 

La CFE-CGC dénonce cette ‘fuite en avant’ financière qui pénalise les salariés français de SAFRAN et induit un risque fort pour l’avenir du Groupe. Beaucoup de capitaines d’industrie en sont d’ailleurs bien conscients, comme en attestent les propos récents de Jean-Louis Beffa, ancien PDG de Saint-Gobain qui ne peut donc pas être taxé de ne pas connaître les réalités de l’industrie: « On voit que le modèle hyperfinancier est en train d’échouer. Si on continue dans cette voie, on se fourvoie ». Espérons que la DG de SAFRAN en est également consciente et ne se fourvoie pas !


Alors que l’Etat a annoncé qu’il pourrait continuer à se désengager du capital de SAFRAN, le développement de l’actionnariat salarié est plus que jamais essentiel pour défendre une stratégie de long terme durable. La CFE-CGC demande que la vente des 1, 4 millions d’actions aux salariés résultant de la vente de 3% du capital par L’Etat soit faite dans des conditions de prix attractives favorisant le renforcement à long terme de l’actionnariat salarié.


La CFE-CGC défend la prise de risque industriel qui fait aller SAFRAN de l’avant, elle refuse la prise de risque financière pour le profit à court terme d’actionnaires à vocation spéculative !

CFE-CGC Safran Groupe
Septembre 2013 

Négociations nouveau contrat social au sein de PSA - 12/09/2013

La CFE-CGC de PSA obtient de la direction le maintien actuel de rémunération pour tous les salariés et attend un engagement sur des contreparties qui assureraient l’avenir de l’entreprise

 

À l’ouverture de la réunion de négociation du 11 septembre 2013, portant sur un Nouveau Contrat Social PSA, la CFE-CGC est intervenue pour refuser toute perte de salaire et exiger que la direction revoie sa copie. Sur cette question, la CFE-CGC a été suivie par les autres organisations et la direction est revenue à plus de raison sur les mesures les plus critiquées, principalement sur le niveau actuel de rémunération de tous qui reste maintenu.
En effet, les propositions de modérations salariales présentées le 5 septembre avaient été considérées comme une véritable provocation.


Comme la CFE-CGC l’avait déjà demandé lors des précédentes réunions de négociation, un engagement sur des contreparties est proposé par la direction, portant d’une part, sur la nature des activités et projets site par site avec les volumes induits, un volet d’emploi prévisionnel (industriel et recherche et développement) dans le Nouveau Contrat Social, et d’autre part, sur l’amélioration du dispositif d’intéressement, par avenant à l’accord en cours. Ces contreparties seront discutées en détail lors de la réunion programmée le 25 septembre.

La négociation se poursuit puisque deux journées pleines sont encore prévues jusqu’à fin octobre. La CFE-CGC reconnaît que la Direction a su reculer sur les points sensibles, voire inacceptables, elle estime que celle-ci a encore de la marge de manoeuvre afin de faire des propositions permettant d’assurer l’avenir de l’entreprise.


Contact presse:
Anne Valleron
DSC PSA Peugeot Citroën
01 56 47 84 66
06 20 94 59 12

Nos collègues de la CFE-CGC Sagem au journal de 20H00 de TF1 - 03/09/2013

 Dans un reportage intitullé "Des postes supprimés malgré une embellie du CAC 40" nos collègues de la CFE-CGC de Sagem & de Morpho (Groupe Safran) ont été interviewés.

Pour voir la vidéo : Lien

Ricoh - Retour sur la manifestation du 5 juin 2013 - 10/06/2013

L'assemblée générale informant les salariés du siège de l'entreprise Ricoh France de Rungis sur le projet de réorganisation de l'entreprise s'est tenue le 3 juin dernier.

Ca n'est pas moins de 338 postes qui pourraient être impactés d'ici un an par la mise en place de ces nouvelles mesures.

Pour protester contre les menaces pesant sur les emplois des salariés de l'entreprise, un rassemblement a eu lieu le 5 juin 2013, sur le parvis de Rungis.

Retour sur la manifestation en images :

RICOH - COMMUNIQUE DE PRESSE - 05/06/2013

La CFE-CGC de RICOH appelle à un rassemblement ce mercredi 5 juin contestant ainsi le plan de restructuration supprimant 338 emplois en France


A l’annonce, le 23 mai, par Ricoh France de la mise en place d’un plan de restructuration destructeur impactant 426 postes dont 338 suppressions, la CFE-CGC regroupée en intersyndicale dénonce ce plan et appelle à un rassemblement ce mercredi 5 juin 2013 de 12h à 14h sur le parvis de l’établissement de RUNGIS. L’ensemble des salariés simuleront, en s’allongeant sur le parvis, la mort de leur emploi et la mise à mal de la pérennité de RICOH.
La CFE-CGC dénonce les motifs économiques, contestables qui n’ont pas de sens, les manquements de la direction à son obligation d’adaptation des salariés à l’évolution de l’entreprise suite à la mise en place d’un nouvel ERP ORACLE, la délocalisation de plusieurs dizaines d’emplois, dits « sans valeur ajoutée » par la direction dans un pays où les salaires sont plus bas qu’en France pour en tirer un maximum de profit. Les coûts du travail en France et les avantages sociaux qui y ont cours ne permettent pas au Groupe de maintenir ces emplois en France. Enfin, la décision de supprimer des services entiers, pourtant vitaux pour notre devenir, met à mal le fonctionnement de l’entreprise et la pérennité de tous les emplois.
.
Contact presse :
Didier Guithou
DSC
+(33) 6 09 70 80 92

Télécharger le document en pdf (116.04 Ko)
RICOH : NON au Licenciements - 04/06/2013

COMMUNIQUE DE L'INTER-SYNDICALE CFE-CGC; CFDT; CFTC; CGT et CGT-FO

 

Plus de 200 salariés à Rungis et plusieurs dizaines en province par vidéo conférence, ont été présents lors de l’AG du 3 juin 2013 pour s’informer du projet de réorganisation de Ricoh France et ses conséquences sociales.
Toutes les catégories professionnelles étaient présentes et les nombreuses prises de parole ont permis à chacun d’exprimer sa solidarité quant au rejet de ce projet.
Contrairement à la direction, qui a tenu à en garder le secret, nous tenons à attirer l’attention médiatique sur le devenir des salariés RICOH France en mettant en place différentes actions de communication.


En effet, nous sommes tous d’accord pour constater que :
- Les motifs économiques pour justifier ce plan n’ont pas de sens,
- Les manquements de la direction à son obligation d’adaptation des salariés à l’évolution de l’entreprise suite à la mise en place du logiciel ORACLE,
- La délocalisation de plusieurs dizaines d’emplois, dits « sans valeur ajoutée » par notre direction, dans un pays où les salaires sont plus bas qu’en France pour en tirer un maximum de profit.
- La décision de supprimer des services entiers mettant à mal le fonctionnement de l’entreprise et la pérennité de tous les emplois.


Un rassemblement aura lieu le :
mercredi 5 juin 2013
de 12H à 14H sur le parvis de RUNGIS.
Nous vous attendons nombreux et motivés !
Tous les métiers sont et seront impactés !

Ascenseurs : les salariés du secteur inquiets pour leur avenir ! - 10/04/2013

La fédération de la métallurgie CFE‐CGC s’inquiète pour l’avenir des ascensoristes et tire la sonnetted’alarme !
Alors que la loi concernant la sécurité des usagers et des intervenants obligeant la remise aux normes des ascenseurs et mise en oeuvre depuis 2003 voit arriver la fin de la deuxième échéance de réalisation des travaux en juillet prochain, il semblerait que le Ministère du Logement, de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie souhaite remettre en cause cette date. La CFE‐CGC juge cette décision déraisonnée, pour un secteur au sein duquel la situation de l’emploi apparaît déjà comme préoccupante.
Plans sociaux, restructurations et fermetures de sites se succèdent déjà dans certains groupes. Le report de cette échéance ne ferait qu’aggraver la situation.
La sécurité demeure une préoccupation permanente pour les usagers et les intervenants, et les premiers résultats obtenus depuis 2003 sont sans équivoque, notamment pour les personnes à mobilité réduite.
Bien que le gouvernement se félicite de voir reprendre les sujets cruciaux par les partenaires sociaux, la fédération de la Métallurgie CFE‐CGC considère que la méthode appliquée par Cécile Duflot, Ministre du Logement, de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, ne respecte pas ces derniers.
Ainsi, nous demandons une entrevue dans les plus brefs délais.

Contact :
André Legault – Président de la Commission Nationale des Ascensoristes CFE‐CGC
Tel : 06.07.36.81.45
Mail : alegaultcgc@aol.com

 

Télécharger le document en pdf (152.88 Ko)
Elections chez PCA POISSY - 31/03/2013

Le grand gagnant des élections du 21 mars, c’est….Poissy !

En effet, malgré le climat morose tant à l’extérieur que dans notre entreprise, la CFE-CGC se félicite de la stabilité de la représentativité syndicale qui va permettre, du moins de ce côté, d’aborder les trimestres à venir dans une certaine sérénité.
La CFE-CGC vous remercie tous pour sa progression, notre représentativité passant de 19 à 26% avec donc 7 points de plus.

Merci aux Techniciens pour leur confiance qui nous permet de progresser au 2e collège de 6 à 16%.

Merci aussi aux Ingénieurs et Cadres qui nous ont soutenus ce qui a permis, malgré une abstention un peu forte, une progression de 42% à plus de 46%.

La CFE-CGC obtient :
           * 1 titulaire + 1 suppléant élu au Comité d’Entreprise
          * 3 titulaires + 3 suppléants élus comme Délégués du Personnel (1+1 de plus qu’en 2009)

Ils vont pouvoir participer activement à la vie syndicale du Site.

Bravo à l'équipe conduite par Cécile Hermeline, Marc Glace, Fabrice Peufly, et José Ferez Lopez .
Vous pouvez les contacter à cfecgcpoissy@gmail.com et avoir des nouvelels sur le site : www.cfecgc-psa.net

Pour rappel la CFE-CGC est la première organisation syndicale techniciens, Agent de Maîtrise et Cadres chez PSA.

 

RENAULT - Accord de Compétitivité du 13 mars 2013 - 13/03/2013

Les principaux syndicats et la direction du groupe ont approuvé en comité central d'entreprise, ce mardi 12 mars, l'accord de compétitivité portant sur les usines françaises du groupe.
Michel Plassier de la CFE-CGC au Technocentre de Guyancourt, signataire de l'accord, invité du 7/8 pour expliquer les changements à attendre pour les salariés et les engagements de la direction. 

 

 

Négociations Accord Compétitivité Renault : La CFE-CGC s’engage dans le processus de signature. - 22/02/2013

 Le 21 Février 2013, les équipes CFE-CGC des établissements et filiales Renault se sont concertées et ont décidé à une large majorité de s’inscrire dans le processus de signature de l’accord.

La CFE-CGC, 1ère organisation syndicale de Renault, assume sa responsabilité vis-à vis des salariés et s’engage dans un accord décisif pour l’avenir de Renault et de la filière automobile en France.

La CFE-CGC Renault retrouve, dans le projet d’accord, les points majeurs qu’elle a défendus pour les salariés en France : maintenir tous les sites industriels, garantir les volumes, préserver les cœurs de métiers ingénierie et tertiaires pour garantir l’autonomie de développement de la marque Renault, abandonner le cadrage arbitraires des augmentations salariales sur 3 ans, renforcer le dialogue social et la qualité de vie au travail.

Après le processus normal de validation juridique du texte définitif par la Fédération de la Métallurgie, la CFE-CGC pourra apporter le poids de ses 29,7 % de représentativité en apposant sa signature à côté celle de Carlos Ghosn.

Dès réception du texte définitif, la CFE-CGC invitera la presse pour répondre aux questions.

Contact presse
Dominique Chauvin
Délégué Syndical Central CFE-CGC Renault
06 88 58 38 17

Manifestation Alcatel Lucent le 6 décembre 2012 - 15/12/2012

Communiqué de presse de l'intersyndicale SFR pour défendre l'emploi - 28/11/2012

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’INTERSYNDICALE SFR POUR DEFENDRE L’EMPLOI


SFR 1er opérateur alternatif européen !


LE DROIT A L’EMPLOI DES SALARIES ENCORE SACRIFIE POUR PLUS DE CASH


POUR SFR et LE GROUPE VIVENDI !

Télécharger le document en pdf (93.76 Ko)
Section SFR - 500, 1000, 1500, 2000 … QUI DIT MIEUX ? - 04/10/2012

Avec les surenchères successives sur le nombre hypothétiques d’emplois menacés et étant frequemment sollicités par la Presse, nous restont fidèles à notre posture : ne communiquer que sur des informations vérifiables.

Nous n’attendons pas de sa part une reprise mais nous bannissons de nos valeurs le sensationnalisme qui est l’antichambre de la démagogie.

Voici le communiqué que nous diffusons ce jour à la presse.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

La CFE-CGC déplore ce déferlement médiatique sur des suppressions d’emplois chez SFR.

De 500, il y quelques mois, nous sommes à présent à 2000.

On peut se demander jusqu’où la surenchère ira… d’autant que jusqu’à présent aucun effectif n’a été avancé par la direction de SFR. De mois en mois, on est en train de banaliser un projet de destruction massive d’emplois. Actuellement, la seule chose certaine c’est que cela finit par générer de l’inquiétude pour les salariés.

Rappelons-nous qu’en mars suite à l’arrivée de Free sur le marché, la direction a annoncé la suppression de 1500 postes indirects (externes, intérim, CDD) et il n’était pas question ni PSE ni de PDV, élections présidentielles oblige! Après la valse des PDG chez SFR, Stéphane Roussel n’a cessé de marteler sur tous les tons que nous aurons un Plan de Départ Volontaire en fin d’année. Mais comme Free ne peut plus être un prétexte crédible eut égard à la profitabilité persistante de SFR, désormais, la direction communique au Figaro et en interne que le PDV est nécessaire à la seule fin de la réorganisation de l’entreprise. D’après nos sources, la société ALGOE travaillerait depuis 18 mois sur un accompagnement des salariés en vue de la réorganisation de SFR. (Bien avant l’arrivée des premières offres de Free Mobile)

Si le nombre de postes menacés n’est pas encore connu, leur nature commence à se préciser !

Lors du CCE extraordinaire du 26 septembre Stéphane Roussel a confirmé clairement sa volonté de réduire les niveaux hiérarchiques de l’entreprise, ce qui fait du « middle management » une cible conséquente qui vient s’ajouter aux équipes « marketing » déjà identifiées par Jean Bernard Levy en Mars 2012.

La CFE-CGC ne participera pas à cette mascarade qui est d’annoncer des nombres toujours plus inflationnistes d’emplois menacés, car elle dessert les salariés, sans aucun doute profite à la Direction et aux actionnaires.

Au vu des résultats de SFR, nous rappelons que la réduction d’effectifs n’est pas justifiée. L’accord collectif de Gestion des Carrières et des Compétences (GCC)en vigueur jusqu’en mai 2013 est là pour permettre l’adéquation entre les emplois et la situation économique de l’entreprise sur 18 mois. Depuis mars 2012, la CFE-CGC a refusée de négocier d’autres conditions d’accompagnement vers l’externe, sans connaitre la stratégie , les projets de réorganisation et l’ampleur de l’impact sur l’emploi !

Cependant, la CFE-CGC est consciente que le modèle économique des Télécoms a évolué et continuera.


Toutes ces gesticulations sont peut-être à destination de la bourse avec la volonté de Vivendi de rendre la mariée SFR plus belle pour une éventuelle vente. Mais qui pourrait débourser 17 milliards ?

Dans ces moments d’incertitudes, la CFE-CGC de SFR dénonce les conditions de travail des salariées le stress généré par cette situation.

Elle exige que les reclassements soient la priorité et qu’ils s’accompagnent de moyens conséquents leur assurant une réelle garantie de succès tout en respectant le principe du volontariat.

Dans tous les cas, la CFE-CGC prendra ses responsabilités pour défendre les salariés et dénoncera les licenciements boursiers

La CFE CGC de PSA d’Aulnay exhorte le président de la République à s’engager pour la ré-industrialisation du site d’Aulnay - 20/09/2012

La CFE-CGC, présente à la rencontre entre le président de la République et les organisations syndicales ce jeudi 20 septembre a réaffirmé à François Hollande que le plan proposé par la direction de PSA n’était pas acceptable pour plusieurs raisons.


La CFE-CGC estime que ce plan ne formule pas l’engagement pris par la direction de PSA de « pas de licenciement sans solution d’emploi ». En outre, le plan ne présente pas un planning cohérent mettant en avant les possibilités et l’avancement des études de ré-industrialisation de la zone industrielle du site d’Aulnay, les efforts des différents acteurs (PSA, Etat, région, département, partenaires sociaux) n’étant pas coordonnés.


La CFE-CGC estime que le travail de ré-industrialisation et de concertation peut néanmoins commencer en parallèle avec le développement des procédures légales. En effet, les salariés ne comprendraient pas perdre encore du temps dans une situation d’angoisse constante car ce seront eux les seules victimes.


La CFE-CGC a appelé le président de la République à construire des solutions d’emploi concrètes pour les salariés d’Aulnay.
 

Contact presse
Eric Charlier
DS PSA Peugeot-Citroën Aulnay
06 71 20 87 41

Alcatel-Lucent paye une nouvelle fois l'addition - 26/07/2012

Aujourd'hui, 26 juillet 2012, Alcatel-Lucent a annoncé pour le 2ème trimestre 2012 une perte d'exploitation de 31 millions d'euros et la suppression de 5000 emplois supplémentaires d'ici fin 2013. Cette annonce mondiale inquiète particulièrement les salariés européens du fait de la baisse importante des investissements télécoms en Europe. Seule la recherche et développement devrait être préservée, notamment en France du fait des mesures fiscales de Crédit Impôt Recherche.

L'industrie des télécoms est un domaine stratégique indispensable à la bonne marche des états. En Europe, deux dysfonctionnements récents ont, en quelques heures, démontré la sensibilité de nos sociétés occidentales à de telles défaillances. L'Europe et l'ARCEP en France, dans leur approche ultralibérale avec comme leur seul objectif une réduction des coûts, forcent d'une part l'Industrie Télécom à répondre principalement en terme de coût et non plus de services, et les opérateurs nationaux à introduire dans leur réseaux des produits pas toujours compatibles avec la sécurité nationale.

Encore une fois, les équipementiers télécoms et leurs salariés payent au prix fort la politique télécom totalement dérégulé prôné par Bruxelles. Le groupe Alcatel-Lucent est aujourd'hui dans une spirale d'adaptation sans fin à un paysage concurrentiel hyper-réactifs aux fluctuations économiques et incertitudes politiques (taxes opportunistes, dumping social, ...).

Après avoir été leader mondial sur le marché des télécoms, l'Europe risque de perdre définitivement ce pôle d'innovation. Le Gouvernement Français doit sauver l'Industrie des Télécoms en France et influer sur la politique télécom européenne.

La CFE-CGC d'Alcatel-Lucent demande à être reçue en urgence par Madame Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique.

25 juillet 2012 : CCE Extraordinaire chez PSA - 25/07/2012

DECLARATION LIMINAIRE

Alors que les autres divisions du Groupe affichent des résultats positifs, la division automobile présente un résultat calculé négatif.


Nos financiers annoncent, via les médias, de la trésorerie conséquente mais un manque de « cash » lié aux méventes en Europe du Sud. Cette affirmation est devenue le leitmotiv qui justifie les suppressions d’emploi.

Après des mois de déni réitéré, PSA annonce l’arrêt de la production automobile à Aulnay. Les 3000 salariés ont jusqu’à octobre 2013 soit pour être mutés dans un autre site PSA (Poissy en priorité), soit pour être l’heureux élu d’un hypothétique programme d’activités non connues ou de « trouver », par des temps de chômage record, un travail à l’extérieur du Groupe mais avec quelle pérennité ?

Et après octobre ? Selon les termes de l’ordre du jour, il y aurait application d’un « plan de sauvegarde de l’emploi : licenciement économique avec critères d’ordre » ! Par contre, le PDG affirme au Gouvernement et à la presse qu’il n’y aura aucun licenciement sec et que chaque employé aura une solution à son problème d’emploi. Qui croire ? Ensuite, qui a fait de l’emploi un problème ?

De la même manière, après plusieurs plans qui ont montré leurs limites du fait de mesures financières loin d’être à la hauteur du bouleversement que représente un départ de Rennes. 1400 salariés sont dans la même situation que leurs collègues d’Aulnay. Le discours de la Direction est le même et la CFE-CGC émet les mêmes remarques.

En conséquence, la CFE-CGC demande au CCE, ainsi que dans les CE des sites concernés, la désignation d’un expert-comptable pour analyser la situation et les données présentées par la Direction. La CFE-CGC demande que le cabinet d’expertise SECAFI élu lors du dernier CCE ordinaire en mai soit chargé de cette mission.

La CFE-CGC est contre tout licenciement sec sur les sites d’Aulnay et de Rennes et naturellement sur l’ensemble du périmètre PCA. Le Groupe doit s’engager à réaliser le reclassement durable de l’ensemble des salariés concernés.

Au niveau des structures, près de 3600 salariés sont également concernés par un changement, soit dans le Groupe en remplacement d’un partant, soit à l’extérieur par un projet personnel.

La Direction de la Recherche devra être la plus contributrice avec 1400 « volontaires », la Direction Industrielle s’engagerait sur 1300 « candidats » et la Direction des Marques « concoure » à hauteur de 570 personnes.

La CFE-CGC est contre le démantèlement de notre savoir-faire en produit, en conception, en méthodes … en clair, tout ce qui va hypothéquer nos chances de redémarrer quand les « vents ne seront plus contraires ». Nous risquons de rester définitivement en rade en oubliant le fameux « coup d’avance ».

 

ET PENDANT CE TEMPS-LA

AVENUE DE LA GRANDE ARMEE

 

Fabrice Peufly, Délégué syndical CFE-CGC chez PSA Poissy réagit à l'annonce de 8 000 suppressions de postes chez PSA, lors du rassemblement du 25 juillet 2012 devant le siège social du constructeur.[Ecouter l'intervention]

 

 

La CFE-CGC était à Bercy le 13 juillet 2012 - 18/07/2012

Le 13 juillet 2012, une délégation CFE-CGC a été reçue au Ministère du développement productif par Arnaud Montebourg, Ministre du développement productif et Fleur Pellerin, Ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique. La CFDT, la CGT, l'UNSA et SUD étaient également présentes.

Visionnez la vidéo témoignant des réactions de la délégation suite au rendez-vous

  

 

 

 

Communiqué de presse de la CFE-CGC Renault - 18/07/2012

Suite à l'annonce de la suppression de 8 000 emplois chez PSA, la CFE-CGC Renault a diffusé le communiqué de presse ci-joint

Télécharger le document en pdf (85.08 Ko)
PSA : les réactions de Anne Valleron (CFE-CGC) et Jean-Pierre Mercier (CGT) à l'annonce de la suppression de 8 000 emplois en France (interview exclusive) - 12/07/2012

 PSA : les réactions de Jean-Pierre Mercier (CGT) et Anne Valleron (CFE-CGC) à l'annonce de la suppression de 8 000 emplois en France (interview exclusive)


PARIS, 12 juillet 2012 - Jean-Pierre Mercier et Anne Valleron, respectivement délégué syndical central adjoint de la CGT et coordinatrice groupe de la CFE-CGC, réagissent à l'annonce (1) de la suppression de quelque 8 000 emplois au sein du groupe PSA en France, dont la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois (93), programmée pour 2014. La bataille est désormais engagée : il faudra gagner du temps et organiser une vaste mobilisation, indiquent-ils.


Liaisons Sociales : La direction vient d'annoncer la suppression de 8 000 emplois. Pouvait-on éviter cela ?


Jean-Pierre Mercier : Bien sûr qu'on pouvait l'éviter. Nous aurions pu répartir le travail sur les usines existantes et maintenir les emplois. Mais à la CGT, nous ne sommes pas surpris. Nous avions déjà révélé les plans de la direction il y a un an. Et c'est quasiment la même chose qui a été présentée aujourd'hui en CCE. Aujourd'hui, nous arrivons à la conclusion d'un an de mensonges de la direction qui nous disait notamment que la fermeture d'Aulnay n'était pas d'actualité. Ultime provocation, ce matin: la direction de l'usine a autorisé les salariés à appeler leur famille pendant une heure, avant de revenir au travail, comme si de rien n'était ! Outre la décision en elle-même, la manière montre le vrai visage de PSA, loin du dialogue social tant vanté, qui reste un groupe qui fait des bénéfices. Monsieur Varin a d'ailleurs rappelé ce matin que PSA disposait d'une sécurité financière de 10 milliards d'euros.

Anne Valleron : Depuis un an, on a perdu beaucoup de temps, notamment en raison du contexte électoral de la France. On pouvait faire les choses autrement. La direction aurait dû communiquer davantage, notamment sur la surproduction et les sureffectifs du site d'Aulnay. Ainsi, nous aurions commencé à imaginer les solutions, la reconversion industrielle, prévoir davantage la montée en gamme des véhicules, mais là le temps manque, nous dit-on


LS : Qu'attendez-vous des pouvoirs publics ?

J.-P. M. : Nous serions en droit d'attendre que le gouvernement contraigne PSA à ne pas supprimer les emplois et empêche la fermeture de l'usine d'Aulnay. Depuis notre rencontre du 18 juin (2) avec Arnaud Montebourg, nous n'avons reçu aucun coup de fil. Maintenant, on évoque de nouvelles aides de l'Etat pour PSA, mais avec toutes les subventions publiques déjà englouties par la direction, on peut être sceptiques sur les résultats, en termes d'emploi. Si c'est pour sauver seulement quelques centaines de postes sur les 3 000, cela ne suffira pas. Et pour l'instant, le gouvernement est passif. Nous ne devrons compter que sur nous mêmes pour changer la donne.

Anne Valleron : Les situations ne sont pas les même selon les sites. A Rennes, où PSA a annoncé la suppression de 1 400 emplois, cela va être très difficile, après des coupes sombres déjà effectuées ces dernières années (3). Même si la direction prévoit d'y faire construire un nouveau véhicule, ce qui devrait pérenniser le site. Mais c'est un site isolé de PSA, contrairement à Aulnay, situé en région parisienne, où d'autres sites du groupe peuvent permettre la reprise d'une partie des salariés. C'est un coup très dur porté, d'une ampleur véritablement choquante. Nous espérons que les pouvoirs publics se saisissent du dossier de PSA pour proposer une véritable politique industrielle, avec une reconversion. On a beaucoup parlé d'un label produit en France par exemple. C'est une idée à reprendre.

 

LS : Que comptez-vous faire désormais ?

J.-P. M. : PSA pense que nous sommes résignés, abattus, mais nous ne le sommes pas. Nous n'allons pas négocier la fermeture du site d'Aulnay. Nous allons nous battre comme des lions pour maintenir le site et les emplois menacés ailleurs. Nous n'allons pas rester les deux pieds dans le même sabot. Déjà, nous allons nous réunir sur le site, faire une grande assemblée générale à Aulnay, après le changement d'équipe. Nous allons nous organiser et réfléchir à la stratégie à mener. Puis il y a les vacances. Le 25 juillet (4) démarrera la phase de consultation des organisations syndicales, le début de la procédure classique de PSE. A partir de septembre, nous allons faire des actions médiatiques, qui feront mal à PSA. Et je précise que cela ne concernera pas que les salariés de PSA Aulnay. Nous nous adresserons aux autres salariés du groupe qui subissent déjà les dégâts, que ce soit à Rennes, mais aussi à Sevelnord ou à Sochaux. Nous irons aussi à la rencontre des travailleurs victimes aussi de ce patronat de combat, comme ceux d'Air France et de Sanofi. Il y aura aussi des débrayages, mais pas nécessairement, dans un premier temps, de grève massive et durable.

Anne Valleron : Nous ne sommes pas dans une logique de guerre, contrairement à nos homologues de la CGT. Car souvent quand on dit guerre, il y a des dommages collatéraux. Nous ne sommes pas forcément pour le maintien à tout prix de l'usine d'Aulnay, car si c'est pour faire couler tous les autres sites, ce n'est pas productif. Cependant, nous allons réagir. La CFE-CGC de PSA va se réunir le 18 juillet à la Bourse du Travail de Paris, avec nos représentants de tous les sites du groupe pour analyser les documents présentés par la direction et prendre une décision sur notre mobilisation. Il y aura aussi le début de la procédure, avec la nomination d'un expert chargé d'étudier le PSE. Nous devrons gagner du temps, et nous utiliserons tous les recours possibles. Outre le CE, il y aura probablement le CHSCT.

(1) Lire nos dépêches du 11/07/12 et du 12/07/12.
(2) Lire nos dépêches des 18 et 19 juin 2012.
(3) L'usine de Rennes-La Janais est passée en sept ans, de 12 000 à 5 800 salariés, en 2012.
(4) Outre la présentation des résultats semestriels, la direction de PSA dévoilera lors du CCE extraordinaire du 25 juillet la stratégie financière du groupe et détaillera les ajustements de ses investissements.

© AFP–Liaisons–Sociales
12/07/2012 - Dialogue et relations sociales - GRH et formation
Propos recueillis par David Giraud - Liaisons Sociales

image actualité
CFE-CGC PSA : Sauver le site d’Aulnay ! - 29/06/2012

 

 

Nous vous publions aujourd'hui la déclaration de la CFE-CGC lors du Comité de Groupe Européen de PSA et diffusée lors de la manifestation du 28 juin devant le siège de PSA

 


"Pour la Direction de PSA, aucune décision n’est prise pour l’instant. Economiquement audible, cela est HUMAINEMENT INADMISIBLE (La Direction ne fait aucun commentaire sur ce point !).

Lors des réunions tripartites : Représentants du pouvoir, PSA et Syndicats, la CFE-CGC a demandé la formalisation d’un calendrier « jalons », comme la Direction sait le faire pour tous les projets, et comme elle en annonce le déploiement depuis l’Alliance avec GM.
A ce jour, notre proposition est toujours sans réponse, nous y sommes habitués !

En attendant, cela fait 12 mois d’attente, d’anxiété au quotidien, de « fuites », d’articles plus ou moins alarmistes dans les médias…… avec un flot d’informations qui amène chacun à une "Intime Conviction":

« Il n’y a pas de futur projet pour Aulnay »

Alors, si cette "Intime Conviction" devenait réalité……
… quelles seraient les échéances et solutions pour nos emplois ?


La CFE-CGC, plutôt que d'attendre d'arriver dans le mur, demande un plan B (« au cas où »), qui permettrait une solution d'emploi à tous les salariés présents sur le site aujourd’hui à travers, en priorité, six mesures :

• Nous demandons, dès maintenant, au groupe PSA d’organiser un maintien d’activités sur le site (activités PSA, PCA ou de ses partenaires…)

• Nous demandons à la région (dans le cadre des états généraux de la conversion écologique et sociale, un groupe de travail intitulé "industrie et relocalisations") que notre site conserve ses emplois industriels et que cette action soit un exemple de ré-industrialisation

• Nous demandons au Ministère du Redressement Productif de s'assurer que tous les acteurs de l'état soient mobilisés, pour soutenir les efforts de ré-industrialisation du site

• Nous savons que les industries de la mécanique sont un secteur qui va continuer à embaucher dans les années à venir. Nous demandons que des passerelles vers les emplois de ce secteur soient organisées (cf. l’analyse du Groupement des Industries de la Métallurgie présentée le 26 juin)

• Nous demandons à la Direction une réflexion individualisée pour chaque salarié afin que des solutions de mobilité, de formation-promotion leur soit proposées.

• Nous demandons aux collectivités locales qu’elles s’impliquent, par l’achat de C3, véhicules montés à Aulnay.

C'est en travaillant, dès maintenant, à des solutions en parallèle que nous assurerons l'avenir de chacun, et non de nous arcbouter sur une voie unique qui, si elle capotait, laisserait tout le monde sur le carreau.

L’important, pour la CFE-CGC, est que les femmes et les hommes d’Aulnay soient au cœur de la recherche de solutions."

La CFE-CGC de PSA Peugeot-Citroën propose à Philippe Varin, rencontré ce matin, six mesures pour sauver le site d’Aulnay - 26/06/2012

 

 Vous trouverez en pièce jointe le communiqué de presse de la Fédération de la Méttallurgie CFE-CGC

 

Télécharger le document en pdf (83.29 Ko)
image actualité
Assemblée Générale du Groupe SAFRAN La CFE-CGC défend la primauté du développement industriel face à la logique financière - 31/05/2012

Vous trouverez ci-après le communiqué de presse d ela CFE-CGC du Groupe Safran suite à l'Assemblée générale du 31 mai 2012

 

Télécharger le document en pdf (30.71 Ko)
Microsoft Plie Devant la Mobilisation des Partenaires Sociaux. - 30/05/2012

La direction de Microsoft France contrainte d'adapter son système d'évaluation face à la pression exercée par les actions des partenaires sociaux, notamment les différents recours en justice.

Dans l'urgence, le processus d'évaluation des collaborateurs étant lancé, la direction des ressources humaines de Microsoft France annonce un ajustement de ses pratiques d'évaluation de ses collaborateurs.

Lors des séances de négociations avec les organisations syndicales, les représentants de la direction n'ont pas caché que l'un des catalyseurs pour leur ouverture aux propositions des partenaires sociaux a été l'assignation en justice pour délit d'entrave.

Ce qui attire particulièrement l'attention dans le message d'annonce envoyé par Microsoft à tous les employés, c'est la reconnaissance de-facto que certaines, si non toutes, pratiques d'évaluation en cours jusqu'à aujourd'hui étaient en désaccord avec le droit du travail français: "rating descriptions and approximate distribution may vary as required by local law".

Or, le droit du travail n'ayant pas été bouleversé ces dernières années quant aux aspects d'évaluation, nous pouvons nous demander comment et pourquoi la direction de Microsoft France a imposé ce type de système d'évaluation depuis de nombreuses années, et fait fi des avis des partenaires sociaux en mai dernier lors de l'application de la dernière évolution en date du système, en cours aujourd'hui.

A ce stade, chacun des ajustements que veut mettre en place la direction aujourd'hui sont tirés des propositions faites par les partenaires sociaux à l'époque, et directement issues des conclusions du rapport d'expertise du cabinet SECAFI. Rien n'est donc nouveau et la CFE-CGC se demande si ce n'est pas sous la menace des actions en justice que Microsoft, qui s'autoproclame "entreprise citoyenne", se soumet a plus de conformité avec le code du travail.

Dès lors, la CFE-CGC Microsoft s'interroge sur la sincérité de cette démarche de la direction, et son intuition est que ces déclarations de bonnes intentions sont uniquement destinées à réduire son exposition au risque juridique. Sur le fond, nul doute pour la CFE-CGC que les habitudes vont probablement perdurer.
La CFE-CGC Microsoft en veut pour preuve le maintien de la "calibration", qui ne fait que changer de nom, les critères d'évaluation non conformes au droit comme "Proven Capability" ou les objectifs de groupe.

Nous pensons donc que cette tentative de "mise en conformité" n'est que cosmétique et vous, collaborateurs de Microsoft France, continuerez à être évalués de façon injuste (pour ne pas dire illégale) et discriminatoire, que vous receviez une bonne ou une mauvaise évaluation.

La CFE-CGC Microsoft reste donc résolument mobilisée pour faire adopter par la direction de Microsoft France, un réel changement du système d'évaluation, respectueux des collaborateurs, équitable et en accord avec nos lois. Pour le bénéfice de tous les collaborateurs et de notre entreprise.

 Pour suivre les actualités de la section CFE-CGC Microsoft:  twitter   -  blog

SFR : Quel avenir pour les salariés ? - 26/05/2012

   Ci-après le dernier tract de la section SFR [ ici]

 

Pour suivre l'actualité de la section CFE-CGC SFR : BLOG

image actualité
Tract de l'intercentre PSA - 17/04/2012

 

Pour les élections du Conseil d'administration MALAKOFF MEDERIC RETRAITE AGIRC, votez et faite voter pour les listes CFE-CGC.

 

Télécharger le document en pdf (195.71 Ko)
Négociations salariales 2012 dans le Groupe SAFRAN - 13/03/2012

 

 

Négociations salariales 2012 dans le Groupe SAFRAN :

 

 

 

  Résultats économiques en forte hausse
Dialogue social en rideau
Motivation des salariés en chute libre !

 

 

 

Les négociations salariales 2012 sont toujours au point mort et suscitent le mécontentement massif des salariés : plus de 7000 salariés ont débrayé lors du mouvement intersyndical du 8 mars dernier.


Les résultats du Groupe SAFRAN ont augmenté de 30% en 2011. Son carnet de commandes atteint un niveau record (plus de 4 années d’activité). Mais la Direction Générale du Groupe refuse toujours d’envisager une politique salariale supérieure à celle de l’année dernière, qui s’était pourtant traduite par une perte de pouvoir d’achat pour 30% des salariés du Groupe.

Elle propose même des politiques salariales inférieures dans plusieurs filiales, voire pire, puisqu’elle menace les organisations syndicales de réduire les niveaux d’augmentation de plus de 20% par rapport à l’an dernier en cas de non signature. C’est particulièrement incompréhensible pour des salariés toujours plus sollicités et dont le niveau global de stress est en augmentation constante !


La CFE-CGC, adepte de la négociation paritaire comme garante d’un climat social harmonieux, sait prendre ses responsabilités pour généralement contractualiser des accords de politique salariale équilibrés, connaissant parfaitement les contraintes et exigences de la vie industrielle.


En cette période exceptionnelle pour notre Groupe, la CFE-CGC revendique une politique salariale permettant d’accompagner les évolutions de carrière tout en assurant le maintien de pouvoir d’achat du plus grand nombre. C’est la condition indispensable à la motivation des salariés et à la réussite future de notre Groupe.


Que sont les beaux discours politiques sur la nécessité de partager les richesses créées par l’entreprise face à l’intransigeance de la Direction d’un Groupe dont l’Etat est pourtant le premier actionnaire?

 

La CFE-CGC appelle Jean-Paul Herteman, PDG du Groupe, qui n’a pas souhaité répondre jusqu’à présent aux sollicitations des organisations syndicales, à les recevoir et à arbitrer rapidement en faveur d’une politique salariale juste et cohérente avec les très bons résultats et perspectives de SAFRAN.

Contacts presse : Gérard Mardiné 06 14 16 04 90 Stéphane Garyga 06 79 25 58 47

Alliance PSA-GM Communiqué de presse - 01/03/2012

La CFE-CGC Métallurgie, à l’annonce de la création de l’alliance PSA-GM, s’interroge :
Un pas décisif vers la taille critique mais quel impact sur les emplois européens ?

   Lire le communiqué  [pdf]

SAFRAN : La CFE-CGC s’inquiète de la financiarisation croissante de la gestion du Groupe et de ses conséquences nuisibles pour ses salariés et son efficacité future - 23/02/2012

SAFRAN : La CFE-CGC s’inquiète de la financiarisation croissante de la gestion du Groupe et de ses conséquences nuisibles pour ses salariés et son efficacité future

Tout est dit dans ce titre 

Télécharger le document en pdf (19.32 Ko)
image actualité
Tractage chez Philips à Suresnes - 21/02/2012

Ce matin une opération d'information des salariés de Philips a eu lieu à Suresnes afin de faire connaître la CFE-CGC. Quelques collègues du SMIDEF se sont déplacés pour soutenir Murielle, la Déléguée Syndicale Centrale. Merci à Véronique et aux Bernard d'avoir été présents malgré les -2°C. Un moment sympathique d'échanges avec les salariés de Philips Suresnes.

 

Télécharger le document en pdf (139.47 Ko)
Manifestation contre la fermeture de PSA Aulnay - 19/02/2012

 Le 18 février 2012 la CFE-CGC était bien présente pour dire "NON à la fermeture de PSA Aulnay !"

La CFE-CGC d'Alcatel-Lucent manifeste contre le gel des salaires (10 fev 2012) - 11/02/2012

Plusieurs centaines de salariés d'Alcatel-Lucent se sont rassemblés à l'appel des syndicats CGT, CFDT et CFE-CGC vendredi 10 février 2012 devant le siège parisien d'Alcatel-Lucent. Une manifestation destinée à exprimer leur « exaspération » contre le gel des salaires en France.

 

 Vidéo réalisée par le service communication de la confédération CFE-CGC 

Manifestation Section Alcatel - 10 février 2012 - 09/02/2012

A l’occasion de la publication des résultats d’ALU, le 10 février, manifestons pour dire notre mécontentement, sur nos sites et devant le siège d’Alcatel Lucent à Paris.

Lire l'appel de l' Intersyndicale Groupe CFDT/ CFE-CGC/ CGT  [ici]


 

Elections professionnelles chez Nexter La CFE-CGC progesse par apport aux dernières élections - 08/01/2012

Le 8 décembre avait lieu le premier tour des élections chez NEXTER Systems (ex GIAT Industries). Au niveau national, la CFE-CGC a progressé, passant de 18,99 à 20.33 %.


Au niveau de l’établissement de Satory Ouest du site de Versailles, la CFE-CGC, seule organisation à avoir présenté une liste paritaire H/F a obtenu 3 sièges sur 6 en CE (3 sièges sur 4 au 3ème collège), 4 sièges sur 8 en DP et reste la première organisation syndicale avec 42% en augmentant également sa représentativité au 2ème collège.

Smidef.com adresse ses félicitations à l'équipe CFE-CGC emenée par Jean-Claude PINAUD

Peugeot Citroën Automobiles- Communiqué de presse du 15 novembre 2011 - 16/11/2011

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

(Comité Central d’Entreprise Extraordinaire du 15 novembre 2011)


Le Comité Central d’Entreprise de PCA Peugeot Citroën Automobiles s’est réuni ce jour avec pour objectif d’informer les représentants du personnel des mesures envisagées pour faire face au retournement du marché automobile.
La Direction a donc mis en musique la partition donnée par M. VARIN au Comité de Groupe de début de mois.
Au-delà de l’agitation de certains qui ne cessent de crier au loup en espérant avoir raison un jour ou l’autre, la CFE-CGC constate que la Direction de PCA ne donne toujours pas des informations réelles permettant de se faire une idée définitive sur les conséquences matérielles et humaines du plan de performances 2012.
Toutes les grandes Directions de PCA (Marques, Recherche et Développement, Système d’information et Industrielle) ont fait l’objet d’analyse, de propositions et d’estimation quant au postes en surnombres. Ces chiffres sont dans tous les médias mais la CFE-CGC souhaite revenir sur des populations plus clairement ciblées.
Le personnel de structure va, à nouveau, être concerné par des reconversions et/ou des mobilités permettant de répondre à des adéquations. La CFE-CGC attend d’avoir des informations circonstanciées quant aux mesures d’accompagnement permettant d’atteindre les objectifs et souhaite que la Direction mette les moyens pour inciter les salariés concernés à relever les défis des restructurations.
Les prestataires extérieurs, à hauteur de 2500, essentiellement au niveau R&D (1600) ainsi qu’à l’Informatique (600), seront « débarqués » mais la Direction est incapable de nous donner, à ce jour, la méthodologie employée pour les remplacer sans qu’il n’y ait de reports de charge de travail ingérables ou des transferts d’activité massifs chez des sous-traitants.
La CFE-CGC a relevé que, même s’il y a urgence en la demeure, la démarche actuelle de réorganisation donnait un sentiment de fébrilité incompatible avec le nécessaire recul sur l’évènement qu’il conviendrait d’avoir.
Pour la CFE-CGC, des erreurs de stratégies et, surtout, l’absence de prise en compte en amont des signaux donnés par les marchés, sont à l’origine de cette précipitation. Il n’est pas faux d’affirmer qu’une grande part de l’urgence actuelle est la conséquence d’une imprévoyance surprenante.
Il reste que le Groupe semble vouloir se donner la possibilité de réagir face à la crise et que des adaptations sont en cours. La CFE-CGC craint que ces mesures destinées à garantir l’avenir et la pérennité du Groupe affaiblissent ses compétences internes et sa capacité à faire face à un retour de la demande.
Dans cette ambiance morose, la CFE-CGC tient néanmoins à souligner que PCA a procédé à 2600 embauches en CDI depuis le début de l’année 2011 dont 328 TAM et 819 Cadres.
En conclusion de cette journée marathon, la CFE-CGC a refusé de se positionner en réservant ses avis. Notre organisation attend de connaître précisément les mesures d’accompagnement social et les conditions d’application de l’accord GPEC.

La CFE-CGC première organisation syndicale chez ETRALI - 12/11/2011

Le premier tour des élections des Délégués du Personnel et du Comité d'Entreprise a eu lieu le 7 novembre.

Tous les sièges ont été pourvus dans les collèges 2 et 3 du Comité d'Etablissement mais un deuxième tour sera nécessaire dans le collège 1. Il faudra aussi un deuxième tour pour le collège 1 pour les Délégués du Personnel sur l'établissement regroupant les sites de Saint Florentin et Fontenay.


La CFE-CGC présentait une liste et a obtenu deux sièges de titulaires et trois sièges de suppléant en Comité d'Etablissement, trois sièges de titulaires et deux sièges de suppléants en Délégués du Personnel St Florentin/Fontenay, et un siège de titulaire et un siège de suppléant en Délégués du Personnel sur le site de Temple.

Au niveau de la représentativité, la CFE-CGC obtient 52% des suffrages soit la majorité absolue et une progression de 7% par rapport aux élections de 2008.

Smidef.com adresse ses vives félicitations à l'équipe de Vincent Courtois Délégué Syndical.

image actualité
Elections Professionnelles chez Morpho (Groupe safran) - 15/10/2011

Nous apprenons que l'équipe de Philippe Corbet a fait carton plein lors des élections professionnelles chez Morpho (Groupe Safran)

En CE : 6 sièges sur 6

En DP : 5 sièges sur 6

 

Bravo à Philippe et aux adhérents du SMIDEF 

URGENT - URGENT - URGENT - URGENT - URGENT - URGENT - URGENT - URGENT - URGENT - 22/09/2011

QUI SERA LA (LE)

4 000 e ADHERENT(E)

COMPTABLE ?

La fédération de la Métallurgie CFE-CGC défend les emplois des salariés français du secteur des Télécoms - 05/09/2011

La fédération de la Métallurgie CFE-CGC, portée par les sections syndicales CFE-CGC d’Alcatel Lucent, d’SFR et de Sagemcom, a pris la décision de s’associer à l’action juridique engagée par le syndicat CFE-CGC de France-Telecom Orange afin de faire annuler le décret par le Conseil d’Etat qui ne prévoit aucune modalité concernant les emplois.

Pour en savoir plus lire le communiqué

 

Télécharger le document en pdf (58.35 Ko)
image actualité
Rapprochements d’activités entre SAFRAN et THALES : La mobilisation va s’intensifier... - 11/06/2011

Rapprochements d’activités entre SAFRAN et THALES :

La mobilisation va s’intensifier contre le projet absurde

aux conséquences sociales désastreuses concocté par l’Etat.

 

 

Venus des neufs établissements de SAGEM, plus de 800 salariés, soutenus par leurs collègues de SAFRAN et en présence de quelques collègues THALES, ont manifesté le 8 juin 2011 dans le calme et la dignité à proximité du Ministère de la Défense.

 

Ils ont exprimé leur exaspération face à la tentative de passage en force de l’Etat pour imposer des échanges d’activités industriellement absurdes pour les 2 Groupes et pour l’industrie aéronautique et de défense française.

 

Les salariés inquiets ont tenu à dénoncer les conséquences sociales désastreuses qui en découleront.

Une délégation a été reçue par 2 membres du Cabinet du Ministre de la Défense. Elle a remis la pétition d’opposition au projet en cours signée par près de 3000 salariés de SAGEM (50% de l’effectif) en seulement quelques jours.

 

L’intersyndicale a demandé l’arrêt immédiat des négociations sur le projet en cours et a rappelé sa revendication de mise en place d’une réelle concertation.

 

Le cabinet du ministre n’a fait aucune proposition allant dans le sens du gel du projet en cours, renvoyant à la responsabilité des Directions des 2 Groupes y compris dans la nomination d’un médiateur.

 

Les représentants syndicaux ont exprimé leur colère face à cette tentative de duperie puérile et inadmissible où l’Etat et les Directions Générales se renvoient la balle en permanence.

 

Ils ont demandé une entrevue dans les plus brefs délais avec le Ministre de la Défense, demande acceptée en séance mais sans réponse à ce jour.

 

La mobilisation va donc se poursuivre et augmenter d’intensité jusqu’au retrait total du projet:

- la procédure judiciaire sociale de délit d’entrave à l’encontre de la direction de SAGEM et la procédure de questionnement du PDG JP HERTEMAN engagée par les salariés actionnaires du groupe SAFRAN, débouchant sur une mission d’expert nommé par le tribunal de commerce, vont être poursuivies,

- une manifestation des salariés sera organisée le 20 juin 2011 lors de l’inauguration du salon du Bourget.

 

Intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, CGT-FO

 

--------------------------------------

Contacts presse :

CFDT :           Daniel Retat 06 80 99 88 08

CFE-CGC :   Gérard Mardiné 06 14 16 04 90

CFTC :           Pascal Kohler 06 07 51 44 66

CGT :             Jean-Paul Lhuillier 06 66 65 50 42

CGT-FO :      Bernard Gaillard 06 15 69 49 77

 

 

Smidef.com soutient, bien entendu, cette action et vous tiendra informer de ses suites

Rapprochement Safran / Thalès - 08/06/2011

Gérard Mardiné, coordinateur CFE-CGC chez Safran
nous explique les raisons de cette mobilisation
et revient sur l'entretien qu'il vient d'avoir avec les représentants du Ministre.

 

 

Sagem défense et sécurité - 26/05/2011

Après avoir détruit la Branche Communications safran s'attaquerait-elle à sa Branche Défense?

 Communiqué des organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT et CGT-FO

Rapprochements d’activités entre SAFRAN et THALES :
Les Organisations Syndicales de SAGEM (groupe SAFRAN)
attaquent la Direction Générale pour délit d’entrave


Lors du Comité Central d’Entreprise (CCE) de SAGEM Défense Sécurité (SAGEM DS) du 24 mai 2011, suite au manque d’informations fournies par la Direction sur le sujet central des rapprochements d’activités SAFRAN-THALES, les élus du CCE ont voté à l’unanimité 3 décisions importantes :


- une procédure de droit d’alerte au regard des diverses informations lues dans la presse qui sont de nature à affecter de manière préoccupante la situation économique de SAGEM DS. Un cabinet d’experts a été désigné,
 

- une procédure juridique de délit d’entrave pour défaut d’information au Comité Central d’Entreprise par la Direction,


- L’arrêt de la réunion du CCE pour manifester leur mécontentement profond et dénoncer auprès de la Direction Générale du groupe SAFRAN l’incohérence industrielle et les conséquences sociales désastreuses du projet actuel tel que décrit par le Délégué Général à l’Armement (interview dans les Echos du 10 mai 2011),


Les Organisations Syndicales vont organiser des réunions d’information unitaires auprès des salariés dans tous les établissements le vendredi 27 mai 2011 et une première manifestation d’ampleur le 8 juin 2011 à Paris.


--------------------------------------
Contact presse :
CFDT             : Philippe Purenne 06 50 21 81 45
CFE-CGC     : Gérard Mardiné 06 14 16 04 90
CFTC             : Jocelyne Jobard 06 74 17 14 35
CGT               : Jean-Paul Lhuillier 06 66 65 50 42
CGT-FO        : Bernard Gaillard 06 15 69 49 77

 

La CFE-CGC représentaive chez Essilor Val de Marne - 19/03/2011

Lors des élections professionnelle chez Essilor Val de Marne la CFE-CGC obtient plus de 30% de représentativité et se classe 2e organisation syndicale.  

Smidef.com félicite l'ensemble des adhérents de la section Essilor pour ce bon résultat

La CFE-CGC première organisation syndicale chez Sagemcom - 17/03/2011

Le 14 mars 2011 a vu la fin du cycle électoral au sein des différentes entités du Groupe Sagemcom.

La CFE-CGC obtient, malgré un contexte très compliqué dans une des dernières, voire la dernière, usines de fabrication de produits de haute technologie en France, un taux de représentativité de plus de 53 % à Bayonne et se positionne comme première organisation syndicale de l'Encadrement (2e et 3e collège).

A l'issue de cette élection et au regard de la loi du 20 août 2008 le paysage syndical est le suivant au sein de Sagemcom

1 - CFE-CGC : 43, 16 % (2e et 3e collèges) *
2 - CGT-FO : 22, 11 %
3 - CFDT : 16, 48 %
4 - CGT : 13, 54 %
5 - CFTC : 8, 39 %

De plus,  seule la CFE-CGC a obtenu plus de 10% dans tous les établissements de l'UES et peut ainsi désigner un Délégué Syndical et seule la CFE-CGC a obtenu au moins 2 sièges aux Comité d'Etablissement dans tous les établissements de l'UES et peut désigner un Représentant Syndical auprès du CE.

_____________________________________________________________________________________

* 39,48% tous collèges confondus

 

image actualité
Un PSE de plus dans la Métallurgie - 14/02/2011

La Direction du Groupe Sagemcom a annoncé le 10 février 2011 un PSE.

La CFE-CGC se devait de réagir suite aux différents articles parus dans la presse.

 

Pour en savoir plus : voir le communiqué ci-dessous

Télécharger le document en pdf (59.43 Ko)
Communiqué de Presse - La CFE-CGC RENAULT pleinement satisfaite de la finalisation du projet d’accord GPEC Renault. - 24/01/2011

La CFE-CGC a été entendue et l'accord GPEC renault a été finalisé.

 

Pour en savoir plus : lire le communiqué de presse du 21 janvier 2011

Télécharger le document en pdf (44 Ko)
image actualité
Norauto - La CFE-CGC signe un accord qui assure la pérénité de la Mutuelle - 27/12/2010

La CFE-CGC négocie et signe un accord pour 2011 qui, moyennant une hausse modérée des cotisations par rapport aux garanties souscrites, pérennise le régime de frais de santé collectif en vigueur au sein de Norauto,et l’améliore par la médicalisation des garanties sur l’optique.

Tous les détails de l’accord sur l’espace adhérent du site : www.cfe-cgc-norauto.com

Télécharger le document en pdf (376.89 Ko)
RICOH - La CFE-CGC fait valloir son droit d'opposition - 27/12/2010

   Tout est dans la titre et le document joint !

Télécharger le document en pdf (440.87 Ko)
image actualité
Norauto - La CFE-CGC en ordre de marche pour 2011 - 16/10/2010

La CFE-CGC Norauto s'est mise en ordre de marche pour 2011 suite aux délibérations du Conseil National des 14 et 15 octobre 2010

Télécharger le document en pdf (626.33 Ko)
image actualité
Elections des délégués du Personnel UES Sagemcom - 15/10/2010

Suites aux élections des délégués du personnel qui se sont déroulées le 12 octobre 2010 au sein de l'établissement "Campus de Rueil" la CFE-CGC conforte sa place de première organisation syndicale avec 44, 46% des voix tous collèges confondus (45, 63% au 2e collège)

La CFE-CGC obtient 5 sièges sur 9 au 2e collèges soit une progression de 6% par rapport aux élections du 19 novembre 2009.

"Le travail de terrain commence a payer malgré tous les dénigrement de nos concurents les salariés se reconnaissent dans nos actions. La CFE-CGC devient incontournable à Sagemcom et conforte sa place de 1ere organisation syndicale"   précise Bernard Morin DSC

La CFE-CGC remporte les élections chez Aximum PE Systèmes Urbains - 22/09/2010

Faisant suite à la création d'une nouvelle section syndicale, il y a moins de 3 mois, chez Aximum Produits Electronique (Groupe Colas), la CFE-CGC a remporté les élections professionnelles qui se sont déroulées le 21 septembre 2010 au sein de l'établissement Systèmes Urbains.

En Comité d'Etablissement : 3 sièges su 5 en titulaires et en suppléants

En DP sur le site de Chatou : 2 siège sur 2 en titulaires et en suppléants

En DP sur le site de Tourcoing : 1 siège sur 2 en titulaires.

En voix, la CFE-CGC obtient 51,16% tous collèges confondus.

Ce résultat permet aussi à la CFE-CGC de gagner sa représentativité au sein de l'Entreprise Aximum Produits Electroniques avec 20,09% et devient 2e organisation syndicale derrière la CFTC et devant FO.

Smidef.com adresse ses vives félicitations à Philippe Moitel pour cet excellent résultat.

La CFE-CGC gagne sa représentativité dans le groupe Alpha - 09/08/2010

Un adhérent du SMIDEF…au service des adhérents du SMIDEF
Vous connaissez SECAFI, leader du conseil aux Comités d’entreprise mais savez-vous qu’elle compte une section CFE-CGC adhérente du SMIDEF ?
Des liens amicaux expliquent le choix des premiers syndiqués en 2004 d’adhérer au SMIDEF qui de son côté a accueilli cette société à l’activité inclassable mais qu’il connaissait bien. En effet les adhérents du SMIDEF, depuis longtemps font appel à SECAFI via leur CE, pour apprécier la situation de leur entreprise ou les soutenir dans les moments critiques (Droits d’alerte ou PSE ou encore risques psychosociaux) et la direction du SMIDEF, comme celle plus largement de la confédération, entretient des liens de partenariat avec SECAFI.

Des adhérents au SMIDEF...qui ont gagné leur représentativité en 2010
Lors des élections début 2010, la CFE-CGC a obtenu 25% dans le collège cadres de SECAFI mais aussi un bon score dans les autres IRP du groupe Alpha : 16% chez Sémaphores et 22% chez SODIE. Globalement avec ses 147 votes sur 668 suffrages exprimés, elle obtient 22%.
Une performance honorable qui en fait la seconde organisation syndicale derrière la CGT.
Résultats d’autant plus honorables qu’hormis chez SECAFI où le SMIDEF a des adhérents depuis 2004 et des élus depuis 2005, la CFE-CGC présentait une liste pour la première fois chez Sémaphores
et SODIE avec des délégués syndicaux venant juste d’être désignés.

Smidef.com félicite Daniel Pichot, Coordinateur Groupe, et son équipe pour cet excellent résultat

Elections Professionnelles chez PROTEC FEU Argenteuil - 03/08/2010

Lors des élections professionnelles qui se sont déroulées le 21 juin 2010 chez Protec Feu Argenteuil, la CFE-CGC obtient un taux de représentativité de 46, 67% tous collèges confondus et devient première organisation syndicale au niveau de la DUP.

Eu égart à la loi du 20 août 2008, la CFE-CGC obtient le magnifique score de 53, 85% de réprésentativité.

En Sièges la CFE-CGC est aussi première organisation syndicale avec 2 sièges sur 4.

Smidef.com adresse tous ses encouragements à l'équipe de Vincent DERIEUX pour cet excellent résultat.

Elections professionnelles chez Renault Trucks - La CFE-CGC représentaive dans tous les établissements - 22/07/2010

Lors des élections professionnelles qui se sont déroulées fin juin chez Renault Trucks, la CFE-CGC obtient un taux de représentativité de 24,63% tous collèges confondus et se place en deuxième positions des organisations syndicales.

La CFE-CGC est représentaive dans tous les établissements.

Eu égart à la loi du 20 août 2008, la CFE-CGC obtient le magnifique score de 45,19% de réprésentativité.

En Sièges la CFE-CGC est première organisation syndicale avec 16 sièges sur 51.

Smidef.com adresse tous ses encouragements à l'équipe de Gérard Leck pour ses excellents résultats.

 

 

La CFE-CGC première Organisation Syndicale chez Microsoft France - 21/07/2010

Lors des élections professionnelles qui se sont déroulées du 7 au 10 juin 2010, les microsoftees ont fait le bon choix et la CFE-CGC obtient 42,21% en terme de représentativité.

La CFE-CGC est de ce fait la première Organisation Syndicale représentativechez Microsoft France.

De plus une organisation syndicale, mauvaise perdante, a contesté le résultat des urnes et a été déboutée par la justice.

Smidef.com adresse toutes ses félicitations à la section syndicale CFE-CGC Microsoft France pour cet excellent résultat.

Pour vous abonner à la newsletter de la CFE-CGC Microsoft France, envoyez un courriel à cfecgc.microsoft@gmail.com

image actualité
La CFE-CGC première organisation syndicale au sein du Groupe Sagemcom - 13/07/2010

A l'issue des élections professionnelles qui se sont déroulées à Sagemcom Broadband et Sagemcom Energy & Telecom, la CFE-CGC conforte significativement sa position de première organisation syndicale au sein de l'UES Sagemcom.

 

La CFE-CGC représente :

->Près de 40% tous collèges confondus,

->Près de 44% aux 2e et 3e collèges (calcul de la représentativité - définition de la loi du 20 août 2008)

->Près de 53% pour le seul collège Ingénieurs & Cadres.

image actualité
ELECTIONS AU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE GIAT INDUSTRIE - 07/07/2010

Le 10 juin 2010 ont eu lieu les élections au Conseil d’Administration de Giat industries. La CFE-CGC progresse une nouvelle fois et gagne 5 points, par rapport aux dernières élections d’administrateur salarié de 2005 avec une représentativité de 22 % tous collèges confondus.

 

’’Le Conseil d'administration de Giat industries restera malheureusement exclusivement masculin et sera privé pendant 5 ans d'administratrice à 33 voix près en la personne de notre candidate Anne-laure CROS dont nous tenons à saluer la remarquable performance.’’ Déplore Patrick GOUIGOUX réélu au siège cadre.
 

image actualité
GRÈVE CHEZ LE NUMÉRO 1 DE LA BUREAUTIQUE : RICOH FRANCE - 26/03/2010

Fin novembre 2009, la Direction de RICOH France a présenté un PSE au Comité d’Entreprise. Il est à souligner que de très nombreux élus de la CFE-CGC sont curieusement touchés par ce PSE.Après trois mois et demi d’échanges stériles avec la Direction, l’ensemble des organisations syndicales ont décidées de mener un mouvement de grève afin de démontrer leur mécontentement.

image actualité
LETTRE AU PRESIDENT - 26/03/2010

L’ensemble des salariés de RICOH France veut, par cette journée de mobilisation, démontrer leur raz le bol, leur démotivation.

Télécharger le document en pdf (14.7 Ko)
image actualité
Le secteur bureautique rassemble des entreprises intervenant dans le domaine de la copie, de l'impression, et plus généralement des solutions de traitement du document. - 03/03/2010

Le secteur rassemble génère un chiffre d’affaires d’environ 11 Mrds€ et rassemble près de 17 000 salariés en France (20000 si l’on intègre les activités de production et de R&D, qui relèvent de branches différentes au sein des groupes). Il est composé de sociétés de distribution, assurant la commercialisation et le service après vente des matériels.

Télécharger le document en pdf (174.7 Ko)